Image de présentation de la page

David Katz Asprilla

Amérique latine

Membre Doctorant

Sujet de thèse : Transitions durables et « zéro-déforestation » : quels mécanismes causaux au coeur des approches territoriales en Amazonie ?

Ces dernières années, la plupart des pays du bassin amazonien s’est engagé volontairement dans des démarches ambitieuses pour limiter la déforestation et la dégradation des forêts. Le Pérou, l’Équateur et la Colombie ont signé la Déclaration de New York sur les Forêts en 2014. Ces trois pays ainsi que le Brésil participent à l’initiative 20x20, visant à restaurer 50 millions d’hectares de terres dégradées d’ici 2030 en Amérique Latine et Caraïbes. Les objectifs zéro-déforestation, qu’ils soient nets ou bruts, ne peuvent être dissociés d’objectifs plus ambitieux visant à garantir une transition agraire et forestière durable, capable de préserver et de restaurer les services écosystémiques rendus par les forêts mais aussi ceux rendus par l’agriculture et l’élevage dans les territoires amazoniens (Piketty et al. 2015, 2017 ; Tonneau et al. 2017). Les initiatives portées par les filières seules sont insuffisantes pour garantir ces objectifs (Pacheco et al. 2017). Les risques d'exclusion des petits exploitants des filières zéro-déforestation ont déjà été mis en évidence dans plusieurs cas (Jopke & Schoneveld. 2018, Gibbs et al. 2015, Brandi et al. 2015). Ces filières elles-mêmes, lors de la dernière réunion de la Tropical Forest Alliance 20202 en 2019, ont défendu la nécessité de s’associer à des initiatives territoriales porteuses d’objectifs plus ambitieux. Une meilleure articulation entre les politiques publiques et les initiatives privées est nécessaire pour favoriser les synergies et éviter les antagonismes (Lambin et al. 2014 et 2018) Les territoires infra-nationaux dotés d’un espace de gouvernance formel – ou juridictions infra-nationales pour la traduction littérale du terme anglais - sont depuis quelques années considérés comme des niveaux stratégiques de gouvernance pour lutter contre la déforestation (Nepstad et al. 2013) mais aussi pour atteindre ces objectifs plus ambitieux en assurant une plus grande synergie entre les politiques publiques et les initiatives privées à différents niveaux (Tonneau et al. 2017). Des expériences innovantes de coordination et d’engagements d’acteurs sont déjà en cours dans les territoires amazoniens: le plan d’intelligence municipal et le projet de certification territoriale à Paragominas dans l’Etat du Pará au Brésil3, la stratégie PCI (Produzir Conservar e Incluir) de développement agricole bas carbone lancée par l’Etat du Mato Grosso et mise en oeuvre dans plusieurs municipalités de cet Etat (Nepstad et al. 2018), les programmes REM (Redd Early Movers) et Paisajes Sostenibles dans le cadre du projet Vision Amazonia en Colombie, le Plan de Développement Régional Concerté de l’Etat de Madre de Dios au Pérou (Chan et al. 2018), pour n’en citer que quelques-unes. Toutes ces initiatives territoriales reposent sur une mobilisation forte des acteurs locaux et sur une recherche d’articulation entre les politiques publiques et privées à différents niveaux. Cependant, malgré leur popularité croissante auprès des communautés scientifiques et des praticiens, des données empiriques solides documentant leur efficacité à produire les résultats attendus environnementaux, sociaux et économiques manquent (Chervier et al. 2020). Brandao et al. (2020) comparent ainsi deux initiatives en Amazonie Brésilienne, et produisent quelques premiers éléments de réponse sur (1) le rôle du gouvernement local, (2) la participation et l'inclusion de plusieurs parties prenantes, (3) la gestion adaptative, (4) la coordination horizontale et verticale, et (5) l'alignement des initiatives publiques et privées des filières. Une systématisation des avancées et des limites de ces initiatives fait défaut et les mécanismes causaux au coeur des approches territoriales restent insuffisamment clarifiés. La thèse permettra de systématiser les mécanismes causaux et chaînes causales au coeur des approches territoriales visant à garantir des trajectoires de développement zéro-déforestation ou limitant la déforestation. Elle en déduira les réformes de politiques publiques et coordinations nécessaires et suffisantes à différents niveaux et dans différents contextes amazoniens, pour garantir une trajectoire vertueuse du développement territorial, incluant la préservation et la restauration les écosystèmes forestiers, la valorisation des services écosystémiques rendus par les forêts et l’agriculture. Elle mettra en évidence leurs limites ainsi que les complémentarités nécessaires et suffisantes entre les instruments de politiques publiques proposés par les territoires et les instruments privés proposés par les filières.

Adresse professionnelle :

E-mail : david.katz@cirad.fr

Téléphone :

Ecole doctorale : ABIES