Image de présentation de la page

Nadège Legroux

Membre Doctorant

Géographie

Sujet de thèse : Communs et océan : protéger la biodiversité marine dans les espaces hauturiers

Alors qu'elle recouvre 43% du globe, la haute mer désignée par les juristes comme étant « au-delà de la juridiction nationale » tend à être définie en creux. Ses espaces hauturiers s'opposent aux espaces côtiers selon des critères qui peuvent varier en fonction du regard qui leur est porté : régimes juridiques de libertés, formes d'éloignement vécues par ses usagers, habitats d'espèces pélagiques migratrices. Ce bleu des cartes est le siège d'activités humaines diverses (navigation, pêche, exploration minière, entre autres) et, dans le contexte actuel de changement climatique et de pressions anthropiques sur les écosystèmes, son état écologique fait l'objet de préoccupations croissantes. Depuis plus de 15 ans, celles-ci sont discutées à l'ONU à travers les défis juridiques que pose la conservation de la biodiversité dans les zones au-delà de la juridiction nationale ; afin d'y répondre, une conférence intergouvernementale visant l'élaboration d'un accord international s'est ouverte en septembre 2018. En lien avec ce processus diplomatique, différents sites en haute mer sont rendus visibles par le plaidoyer d'organisations non-gouvernementales (ONGs) qui appellent à leur protection. C'est le cas du dôme thermal du Costa Rica, un phénomène d'upwelling océanique dans le Pacific tropical oriental qui évolue de manière saisonnière entre les eaux sous juridiction des Etats centraméricains et les eaux internationales. Nommé et décrit principalement par des océanographes étatsuniens depuis les années 1950, le dôme apparaît plus récemment comme un objet politique qui circule à travers des projets de coopération internationale, mobilisés en particulier par la Fundación MarViva présente au Costa Rica. Situé dans le champ multidisciplinaire des sciences sociales marines, ce projet de thèse s'intéresse à l'émergence politique du dôme. Il ambitionne d'explorer les interactions et problèmes d'action collective formulés autour de l'espace marin qui lui est associé. Qui participe à cette construction ? Quels sont les savoirs et les discours au sujet de celui-ci ? Quelles sont les collaborations et les polarisations qu'il cristallise ? A travers ce cas empirique, l'objectif est d'étudier comment l'extension de la conservation vers la haute mer contribue à produire de nouveaux espaces « à gouverner » et modifie les relations entre Etats, ONGs et secteurs maritimes usagers de l'espace hauturier.

Adresse professionnelle :

E-mail : legrouxn@afd.fr

Téléphone :

Ecole doctorale : ED 60