Image de présentation de la page

FORMATIONS DIPLOMANTES

.

Le parcours de master humanités environnementales s’effectue en présentiel sur le site de l’Université Paul Valéry de Montpellier. Cette formation permet de prolonger les études vers un doctorat en anthropologie. Elle est également professionnalisante et permet une entrée rapide sur le marché de l’emploi autour des très contemporaines problématiques environnementales. Des stages et des enquêtes de terrain tant en France qu’à l’étranger en milieux urbains ou ruraux seront encouragés grâce à l’UMR SENS. Le parcours est un partenaire régulier de la Chaire Unesco Alimentation du monde.

De manière tout à fait inédite en France, le parcours de master humanités environnementales renverse la perspective dominante en matière d’étude des interactions que les sociétés humaines construisent avec le milieu biophysique. Habituellement interrogé à partir des sciences du vivant, l’environnement est ici d’abord appréhendé à travers le prisme de l’anthropologie et plus largement des sciences sociales. La formation est en effet bâtie de manière pluri et interdisciplinaire à partir de cette discipline-pivot qui se situe à l’interface du social et du culturel.

Alors que les crises de la biodiversité, du changement climatique, des risques environnementaux, sont indéniables, ce parcours de master répond à un besoin de formation de chercheur-e-s et de professionnel-le-s capables de mobiliser réflexivité scientifique et/ou professionnelle, diagnostic social, sciences participatives, sur les questions d’accaparement des terres, de gestion des risques, de conservations, de souveraineté alimentaire etc.. Ce parcours entend ainsi former des spécialistes de certains grands enjeux des sociétés actuelles en matière de justice environnementale, d’ontologie politique (genre, classe, âge, ethnicité), de préservation des communs...

Le parcours HE donne accès aux savoirs théoriques et méthodologiques nécessaires à la production d’une recherche fondamentale et appliquée. Savoirs nécessaires à l’analyse « en situation » et « d’une situation » et qui vont de la compréhension des pratiques quotidiennes d’habitants, d’acteurs/trices institutionnels ou associatifs et de leurs interrelations. L’anthropologie donnera aux étudiant-e-s les connaissances qui permettent de situer la recherche ou la recherche-action dans le contexte ou réseau dans lesquels ils ou elles se situent et d’adapter leurs postures au type de mission : recherche, expertise pour l’action, production de connaissances en contexte participatif.

En plus de cours théoriques (méthodologie de la recherche, épistémologie, anthropologie, histoire), des ateliers permettant de réfléchir à des postures professionnelles (comme praticien-chercheur-e) innovantes à l’interface du biologique et du culturel mais aussi de la société et de la science ou encore de la science et de l’art seront mis en place en deuxième année en compagnie de professionnel-el-e-s. A la suite de ce parcours, les étudiant-e-s peuvent envisager une poursuite en doctorat ou choisir des métiers à l’interface de la recherche, de l’action et de la médiation, liés à l’environnement, à l’écologie, à l’agriculture, aux migrations, à l’alimentation tant aux Nords qu’aux Suds.  

Flyer Master

Responsable de la formation

Bernard Formoso

Structure d'enseignement

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Intervenants

  • .

.

Le parcours de master « Cultures, identités, mondialisation » est une formation proposée en présentiel et en enseignement à distance – la seule en France sous mention anthropologie à l’heure actuelle. Il prépare à une poursuite d’études en doctorat mais aussi à une insertion sur le marché du travail à l’issue du master, ce qui fait son originalité. Il mobilise la formation à la recherche par la recherche et est adossé à l’UMR SENS (Savoirs, environnement et sociétés), qui regroupe plus de 50 chercheurs dont une douzaine d’anthropologues. Il vise aussi l’acquisition de connaissances et compétences à dimension professionnalisante et offre la possibilité de réaliser des stages en France et à l’étranger. La formation prend pour objet l’analyse critique des rapports inter-sociétaux contemporains, des processus d’affiliation collective et des formes de subjectivation qui ont pour cadre la mondialisation et ses répercussions à différents niveaux et échelles. Le parcours entend ainsi former des spécialistes de certains grands enjeux des sociétés actuelles. Ils concernent notamment les processus migratoires et les recompositions et revendications identitaires contemporaines, associées à la circulation accélérée des personnes et des choses ainsi qu’à l’interconnexion entre différents espaces et imaginaires. Les enseignements concernent l’épistémologie et la méthodologie d’enquête, les questions relatives à la mondialisation, à l’échange économique et au développement, aux migrations, aux formes contemporaines du religieux, aux catégorisations et affiliations collectives. En plus de cours visant la mise à disposition d’outils conceptuels, méthodologiques et techniques, des ateliers à dimension professionnalisante sont organisés en première et en seconde année. Les débouchés de la formation concernent la poursuite d’études en doctorat et les métiers de l’expertise dans les domaines de l’action patrimoniale et culturelle, des relations interculturelles, des migrations et du développement – ce qui donne lieu à l’intervention de professionnels dans les enseignements. 

Flyer Master CIM

Responsable de la formation

Arnauld Chandivert

Structure d'enseignement

Université Paul-Valéry Montpellier 3

Intervenants

  • .